ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Guadeloupe

Changement climatique

Contexte régional

Il existe un large consensus sur la réalité des modifications climatiques dues à un renforcement de l'effet de serre lié aux activités humaines. Depuis le début de l'ère industrielle (fin du XVIIIème siècle), les concentrations de gaz à effet de serre augmentent à un rythme jamais égalé. Ces gaz, principalement issus de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) renforcent le phénomène d’effet de serre et ont un impact sur le climat. Afin de lutter contre le changement climatique, les pays industrialisés ayant ratifié le protocole de Kyoto se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. La maîtrise des émissions de gaz à effet de serre, liées essentiellement à nos consommations d’énergie fossile, constitue aujourd’hui une priorité d’action pour :

  • l’Europe qui fixe comme objectif à l’horizon 2050 de réduire de 80% les émissions de polluants liés à l’énergie par rapport à 1990 « tout en garantissant la sécurité de l'approvisionnement en énergie et la compétitivité » ;
  • la France qui vise à diminuer nos émissions de CO2 par 4 d’ici à 2050 par rapport à 1990 (Grenelle Environnement facteur 4) ;
  • la Région Guadeloupe qui vise une réduction de 40 % de nos consommations énergétiques d’ici à 2030 (par rapport à 2006).

Une Guadeloupe fortement émettrice de gaz à effet de serre…

Cet enjeu de diminution des émissions de gaz à effet de serre est singulièrement pertinent pour notre territoire. En effet, le recours massif aux énergies fossiles se traduit par des émissions de gaz à effet de serre très importantes. La production d’électricité (47 %) et le secteur des transports (35 %) représentent à eux seuls 82 % des émissions de gaz à effet de serre de la Guadeloupe.

La contribution d’un Guadeloupéen au réchauffement climatique ne cesse de croître, et a désormais rattrapé la contribution d’un français vivant dans l’hexagone (environ 7 tonnes de CO2 émises par habitant et par an).

Émissions de gaz à effet de serre en tonnes équivalent de gaz carbonique en 2010 en Guadeloupe. Voir le descriptif détaillé ci-après

Descriptif détaillé du graphique (XLS - 20Ko)

Données CITEPA, Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre en France, Avril 2012
* UTCF : émissions de CO2 liées à l’utilisation des terres, à leur changement et à la forêt

et particulièrement vulnérable aux changements climatiques

Soumise au climat tropical, à un régime d’alizés, aux cyclones associés et sensibles aux inondations, les îles de Guadeloupe sont particulièrement vulnérables aux conséquences attendues du changement climatique. L’élévation certaine des températures (de 2 à 5°C à l’horizon 2100) auront probablement pour conséquence :

  • une probable intensification des phénomènes cycloniques ;
  • des inondations plus fréquentes ;
  • une intensification de l’érosion des sols, et des mouvement de terrains ;
  • une élévation probable du niveau de la mer de 35 à 80 cm d’ici à 2100.
Mangroves Les mangroves (composées de palétuviers) constituent d’excellents remparts pour lutter contre les houles cycloniques (ADEME, 2011).

Contact

Si vous êtes une collectivité : contacter Marine Tranchant
Tél. : 05 90 32 90 12

Si vous êtes une entreprise : contacter Marianna Martel
Tél. : 05 90 26 77 60